Mon opinion sur l’avortement

Premièrement, je suis pro-choix. Ma copine,que j’avais en 1993, est tombée enceinte de moi alors que j’avais 21 ans et elle 20 ans. Après mure réflexion, on a décidé d’avoir recours à l’avortement. Cela n’a pas été une décision facile, mais elle a été prise. Un gros facteur, qui m’a influencé dans ma décision, a été mon père qui m’a eu à 21 ans et il m’a dit que cela n’était pas facile à cet âge d’avoir un enfant. J’étais encore aux études en train de faire ma technique en informatique (DÉC.). Ma copine aussi était aux études. Avoir un enfant dans notre situation se serait avéré difficile pour nous et pour l’enfant. Je ne l’ai pas revue depuis plus de 20 ans. Quand tu es dans la vingtaine alors tu penses que tu es en amour pour la vie et c’est bien éphémère à cet âge-là. De toute façon, l’enfant serait né dans la pauvreté et les parents dont la mère vivait des prêts et bourses d’études, et moi, qui vivait d’une petite pension de mon père parce que je n’avais pas le droit aux prêts et bourses selon ses revenues, auraient eu des problèmes financiers. Je pense que cela aurait été une période difficile d’élever l’enfant jusqu’à ce qu’il aille 18 ans. Je n’aurais pas pu retourner aux études à 31 ans à temps plein pour faire mon baccalauréat et ma maitrise en informatique dont je dois tout de ma seconde carrière en informatique et mon train de vie élevé.

Je ne crois pas dans aucun Dieu donc seuls mes remords peuvent me faire sentir coupable. J’ai parfois des pensées au sujet de l’avortement. Je réalise que l’enfant qui serait de cette naissance aurait 29 ans cet automne. Je serais content, aujourd’hui, d’avoir un enfant. Je me contente de mon neveu qui est rendu à, presque, 15 ans.

Cela m’a pris du temps, mais j’aime voir la jeunesse aujourd’hui. Dans l’édifice où j’habite, il y a beaucoup d’enfants. J’aime bien cela les voir jouer dans la cour de l’édifice et courir dans les corridors. Je ne me plaindrais jamais qu’ils font trop de bruit.

Si j’aurais une copine, ce que je n’ai pas en ce moment, et elle tomberait enceinte, même si je vais avoir 50 ans au mois de septembre, alors je garderais l’enfant à moins qu’elle ne veule pas. C’est la femme qui a le mot final. Ce n’est pas moi qui vais passer à travers la grossesse et l’accouchement.

Tout cela pour dire que la plupart du monde qui a recours à l’avortement , ce n’est pas par gaité de cœur. C’est un choix difficile et cela n’est pas pris à la légère. Il y a beaucoup de facteurs tenus en compte pour arriver à cette décision. Dans mon cas, c’est arrivé pendant un moment d’insouciance à 21 ans qui s’est transformé à des décisions plus difficiles plus tard.

Aussi, pour votre information, j’ai assisté à l’avortement. Je ne suis pas le genre de type à rester à la maison quand sa copine passe un moment difficile. Ce n’est pas moi qui ai eu l’avortement, mais j’ai tout vu, incluant la bouteille qui se remplit. Cela n’est pas dans mes meilleurs souvenirs.

Leave a comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.